Gwendalivia
Bienvenue sur Gwendalivia ! Tu veux en savoir plus ? Alors, inscris-toi vite, nous n'attendions plus que toi...

Gwendalivia

Vous rêver de devenir : Marchombre, Dessinateur ou même Rêveur ? A présent, c'est possible...
 
CalendrierAccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Chers maîtres marchombres, vous pouvez désormais prendre un élève sous votre aile !  C'est par ici!
Vous voulez participez à l'Anh-Ju ? Les précisions Wink

Partagez | 
 

 Le cambriolage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Le cambriolage   Dim 6 Nov - 1:35

"Non, Cenes n'insiste pas."
"S'il te plait Sankar! Dall s'est fait coincer et..."
"Tu pourrait avoir un tuyau pour voler la couronne de l'empereur lui même que je ne ferait pas le guet pour toi et ta bande de pies voleuses pendant que vous videz la maison d'un brave citoyen."

Ces derniers mots furent prononcé avec une ironie glaçante. Sankar saisit l'attache d'une gouttière et entreprit d'escalader le mur. Elle s'assit sur le toit de la maison, les pieds pendants dans le vide et dévisagea Cenes qui la regardait d'un air suppliant. C'était un garçon à peine plus vieux qu'elle. Il dirigeait une petite bande de cambrioleurs. Leur guetteur, Dall, avait été attrapé par des gardes et jeté dans une geôle malgré sont jeune age. Le jeune chef était donc venu supplier Sankar de le remplacer.
La jeune fille s'était invitée dans la paillasse de Cenes la semaine passée pour se réchauffer. Ce dernier pensait manifestement qu'elle l'aimait.

*Eh bien il se fout le doigt dans l'œil, mais alors royalement jusqu'au coude.*

Sankar leva les yeux au ciel. Il lui faisait pitié. Après tout ça ne lui coutait rien et comme Cenes n'avait pas d'autres choix, elle pourrait exiger une part énorme du butin en échange de très peu de chose. La jeune fille laissa languir le jeune homme au pied du mur encore près d'un quart d'heure, puis se laissa tomber sur lui. Debout sur sa poitrine, dans une position dominante, elle lui fit bien sentir qu'elle n'acceptait pas de le faire pour lui, mais pour l'argent que ça pouvait lui apporter:

"Soit. Mais je te préviens, je veut la moitié de la nourriture et de l'argent que vous trouverez."
"Mais...tu vas faire crever de faim tout les autres!"
"C'est ça ou rien."
"D'a...d'accord."

Cenes lui donna l'adresse et l'heure où ils devraient se rencontrer et Sankar le laissa se relever et quitta l'endroit.

***

Sankar tira un grand coup sur la pipe qu'elle avait arraché un vieil homme sur une terrasse. Elle renversa la tête en arrière et expira la fumée. Elle s'envola de sa bouche comme d'un volcan et s'évapora en douces volutes dans le ciel.
La famille qui vivait dans la maison l'avait quitté en début de soirée. Cenes et sa bande étaient en train de tout mettre sens dessus dessous. De son coté, Sankar guettait les intrus depuis l'arche en pierre qui surmontait la porte de la maison. Assise dans l'ombre, respirant à peine, elle était indétectable.
Soudain, quelqu'un passa dans la rue déserte. La jeune fille plissa les yeux et comme elle l'avait fait plutôt pour Cenes, elle se laissa tomber de tout son poids sur le passant. Elle voulait le pousser à se battre puis l'attirer loin pour laisser le champs libre à ses comparses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Lun 7 Nov - 7:06

Al-Jeit, capitale de Gwendallavir. Une ville aussi belle que grande, j'arrivais par la porte de Saphir. Laissant mon cheval à un garçon d'écurie, je me baladais de toit en toit quand je vis au loin une jeune fille sur un toit. Elle montait par une une gouttière, arrivé en haut elle paraissait parler à une seconde personne. Elle sauta ensuite de la gouttière et je ne vis plus rien. Je me penchai à une gouttière et ouvris ma main. Un grappin jaillit de ma paume et se planta quatre mètres plus bas, je descendis jusqu'au grappin en me lâchant totalement dans le vide. Le grappin se rétracta et je le fit rentrer dans ma peau, agrippé à l'anfractuosité faite par mon grappin. Je bondis vers une passerelle couru un moment et plongea sur un bâtiment adjacent et roulai en arrivant sur ce dernier. Puis j'arrivai à l'endroit où la jeune fille avait sauté du toit. En arrivant au-dessus de la ruelle, je ne vis que la jeune fille tourner au coin de la rue. Je bondis vers le toit en face de moi, me reçu au coin, je remontai vite et partis vers l'angle du bâtiment. Je vis la jeune fille marcher dans la rue. Je me détournai d'elle, je le retrouverai un autre jour, je retrouve toujours les gens que je cherche...

Je partais en direction de la forge, mon dernier poignard s'était brisé lors d'une mission pour un riche marchand. Tournant dans une ruelle pour monter par les toits, plus rapide pour aller jusqu'à la forge la plus proche. Un imperceptible mouvement, à gauche, une arche, de la fumée partant de cette arche. Quelqu'un observait la rue depuis une arche au dessus d'une porte de la maison. J'entendais sa respiration et un autre bruit dans la maison que surveillait le quelqu'un. Je continuai de marcher normalement, faisant semblant de ne pas avoir remarquer la personne perché là haut.
Puis là, sans prévenir la personne sauta de l'arche, je me décalai d'un pas et la jeune fille atterri devant moi. La même jeune fille que ce matin sur le toit! J'avais raison, je retrouve toujours les gens importants. Elle avait sauté devant moi, voulant m'écraser sous son poids, je lui ris le poignet avant qu'elle agisse et le tordit un peu pour juste la paralyser sans lui faire mal:

-Ce ne sont pas des manières de sauter sur les gens comme ça!

J'avais mon sourire ironique sur les lèvres, la dévisageant avec un regard amusé. Cette fille était pas richement habillé, un dragon des mers tatoué sur son bras et son épaule. Un corps robuste, des mouvement précis. J'avais déjà assisté à se qu'elle pouvait faire.
Pour la première fois depuis que j'arpenter la Voie la possibilité de prendre un ou une élève sous mon aile me traversa l'esprit. Cette fille n'avait rien à perdre après tout, lui proposer d'arpenter la Voie serait peut être une bonne idée....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 8 Nov - 1:12


Sankar atterrit...sur le sol. L'homme avait du sentir sa présence et s'était écarté. Elle secoua ses chevilles pour faire passer la légère douleur du choc avec les pavés de la rue, puis se senti attrapé. Son ex-victime l'avait prise par le poignet et l'avait tordu.

"Ce ne sont pas des manières de sauter sur les gens comme ça!"

La jeune fille regarda son poignet prisonnier avec dépit, puis jeta un œil sur l'étranger à travers ses cheveux. Jeune, peu être un peu plus vieux qu'elle. Il avait les cheveux noirs, ses vêtements étaient de bonne qualité et il dégageait une légère odeur de cheval. Ce jeune homme n'avait manifestement pas de problèmes d'argent: il était certainement étudiant en Dessin, apprenti analyste ou marchand.
L'opportunisme de Sankar se réveilla. Si elle parvenait à se l'attacher, peu être pourrait-t-elle passer l'hiver au chaud...
Elle pencha la tête en avant et feignit de pleurer à chaudes larmes. Elle était maitresse dans ce domaine

Pardon...snif...pardon! Grâce! Ils m'ont forcé! Je ne voulais pas! Ils m'auraient tuée!

Sankar leva son visage faussement dévoré de larmes vers l'homme et se redressa pour venir se blottir contre lui. Elle passa sa main libre derrière sa nuque, tout en continuant à sangloter théâtralement.

"Protégez-moi! Aidez moi! Je vous le revaudrez mille fois!"

Sankar se serra de plus belle contre l'étranger, en caressant très doucement sa nuque du bout des doigts et effleura ses lèvres du bout des siennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 8 Nov - 6:17

La jeune fille était coincée, elle avait regardé avec un peu trop d'insistance son poignet pour qu'elle remarque que je la tenait dans une poigne à la fois douce mais qui montrait clairement qu'on ne pouvait s'en extraire. Elle bascula la tête en avant, elle pleurait... enfin voulait pleurer. Devenir marchombre améliore grandement les sens et en particulier celui de l'observation. Elle feignait de pleurer, dans quel but... je l'ignorais. Peut-être pour que je relâche ma prise et lui permettre de s'enfuir, peut-être parce qu'elle voulait s'innocenter de ce qui se tramait à l'intérieur de cette maison ou peut-être encore pour une autre raison...
Elle se blotti contre moi, me mis la main derrière la nuque et elle voulut m'embrasser. Bizarrement elle ne pleurait plus du tout, je l'éloignai d'un geste dénué de brutalité mais qui restait ferme. Je lui chuchota:

-Je vais voir ce qui se passe là dedans et je reviens, attend moi, ça ne prendra que quelques minutes...

Je rentrai à l'intérieur, là une bande de voleurs saccageaient la maison, une maison richement meublée. Ils prenaient tout dans de grands sacs, tout les objets précieux.

Mon arrivée fut remarqué et un des voleurs me fonça dessus, il plongea sur moi pour me plaquer et laisser ses amis me tabasser ou me tuer. Un sourire sadique sur les lèvres, je fis un bond souple vers l'arrière et lui écrasai la main sans ménagement, il gémit et je relâchais ma prise, ne pas lui briser des doigts, voler était son métier et pas pour le plaisir mais seulement pour se nourrir. Une petite leçon ne leur ferait pas de mal après tout, voler c'est mal! Ses amis arrivèrent vers moi, j'esquiva un premier poing maladroit et frappa au plexus, un jeune homme à terre, un second, coup de pied dans la tempe, à terre aussi... puis après en avoir mis huit à terre ils me sautèrent dessus tous ensemble, à trois. J'esquiva le premier d'un saut sur le côté et lui asséna un coup du tranchant de la main sur la nuque, il était assommé avant de toucher le sol. Je me baissai pour éviter le second qui cherchait à me ceinturer et lui envoyai un coup de coude dans le cuisse. Il se tordit de douleur et je l'achevai avec un coup de coude à nouveau dans le dos. Le dernier lui était moins courageux, il s'était recroquevillé dans un coin pensant que je l'oublierai.
Puis les voleurs commençant à se remettre de leur raclée ils se levèrent, un son sortit de ma bouche, mi chant mi sifflement. Les voleurs commencèrent à tout déposer les affaires volées par terre, le chant s'arrêta brusquement...
Sur le seuil la jeune fille me fixait, elle avait dû entendre le chant marchombre, mince, moi qui voulait ne pas lui montrer les secrets de la voie avant de l'avoir comme apprentie... Tant pis, je marchai vers elle, lui effleurai et lui dis:

-On y va. J'ai des choses à te dire.

Les voleurs se réveillèrent bouche bée et partirent sans reprendre son butin, ils avaient rencontrer quelqu'un de plus terrifiant encore que les gardes où autres qui risquaient de les attraper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 8 Nov - 7:36


A sa grande, très grande surprise, l'étranger la repoussa et la lâcha. On ne lui résistait que très rarement.

*Je suis sur le cul, ce coup-çi.*

Sa bouche décrivit un drôle d'angle. Elle était mortellement vexée. La jeune fille bondit souplement sur l'arche où elle retrouva la pipe qu'elle avait quittée quelques minutes plus tôt. Il restait du tabac au fond et elle était toujours allumée. Sankar tira une grande bouffée et avala la fumée. D'habitude, elle ne faisait que crapoter. Elle entendit des bruits de bagarre et un sifflement. Ce sale type avait probablement abattu ou assommé la petite bande de Cenes. Mieux valait pour eux qu'ils soient morts.
L'étranger ressortit et Sankar sauta devant lui. Il lui ordonna implicitement de le suivre.

"MOI AUSSI J'AI DES CHOSES A TE DIRE! A-TU SEULEMENT IDÉE DES CONSÉQUENCES DE TON ACTE? SI TU NE LES AS PAS TUÉS, CENES ET LES AUTRES FINIRONT LEUR VIE AU FOND D'UNE GEÔLE! LES ORPHELINS D'ALL-JEIT SONT LA LIE DE LA SOCIÉTÉ. ILS NE SERONT MÊME PAS JUGÉ! ET MOI! DEMAIN APRÈS MIDI, TOUTE LA VILLE SERA AU COURANT QUE JE N'AI PAS RÉUSSI À LES AVERTIR! PLUS PERSONNE NE VA ME DEMANDER D'AIDE, J'AURAIS NUL PART OÙ DORMIR PARCE QUE JE N'AURAIS PAS DE QUOI PAYER UNE AUBERGE!

Sankar réalisa entièrement l'étendue du problème et tomba à genoux de désespoir. Elle se mit à pleurer et cette fois, sans feindre.

"Je...je vais mourir de froid...ou de faim...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 8 Nov - 8:09

La jeune fille était scandalisée, elle aurait préféré que je tue ces orphelins plutôt que les laisser là? Cela ne me plus pas beaucoup qu'elle me hurle dessus comme ça mais il fallait bien que je me mette à sa place. Je serais peut être plus enragé qu'elle si j'avais été dans son cas. Je lui souris:

-Tes amis voleurs ne sont pas trop blessés, ils auront probablement le temps de sortir de la maison et de se cacher avant l'arrivée des gardes. Et si ils sont capturés, dis toi qu'ils ont se qu'ils méritent. Toi en revanche, tu ne mourras pas de froid, ni de faim, ni de quoi que ce soit d'autre. Car je t'ai choisis.

Je me dirigeais vers la vitrine d'un magasin de vêtements, je rentrai et lui montrai tout le magasin:

-Tu peux choisir tout ce que tu veux, je paye.

Je lui donnai ma bourse et sortis dehors, je retournai en courant vers la maison et en passant dans une ruelle vis un détachement de gardes arriver vers la bâtisse. Je ne laisserai pas ces enfants se faire emprisonner, même si ils volent. Je courrai et pris la bourse d'un garde dans sa poche, en passant je lui dis un petit "Merci!" et ajoutai un clin d'oeil. Ils me suivirent un instant puis quand ils gagnèrent assez de terrain pour être sur de me rattraper j'accélérai. Puis au bout de dix minutes je ne vis plus personne, les gardes avaient abandonnés la traque et les voleurs étaient sûrement partis à l'heure qu'il était.

J'étais assis à une terrasse devant le magasin de vêtements, depuis environ trois minutes je regardai la jeune fille essayer les tenues les plus belles et les plus chères du magasins. Après toute une vie de misère, elle méritait bien cela. Quand elle sortirait je devrais par contre ouvrir le sujet sur la voie et cela serait plus difficile que de me débarrasser d'une bande de gamins même pas armés ou de courser des gardes en armure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 8 Nov - 8:30


Sankar garda la bourse en mains sidérée. Elle renifla bruyamment et essuya ses yeux. Elle ne prit même pas la peine de se demander pourquoi et comment, et alla visiter le magasin de vêtements.
La jeune fille s'amusa à essayer des tenues chères et compliquée. Puis elle fixa son choix sur une robe noire exactement semblable à celle qu'elle avait sur le dos, la même depuis sept ans, une bonne paire de bottines bien chaudes, un pull en laine et une bonne veste en cuir et en peau de mouton. Le tout ne revins finalement pas très cher. Habillée de neuf, Sankar sortit de la boutique, heureuse et bien au chaud. L'étranger était assis en face, sur une terrasse. Elle jeta la bourse pleine à un tiers sur la table et s'assit en face de lui. Elle réalisa alors que si il lui avait payé des vêtements ainsi, en lui laissant le choix comme ça, ça n'allait pas être gratuit.

"Qu'est ce que vous voulez en échange?"

Pour un coup de pouce pareil, Sankar était même d'accord d'aller étouffer l'empereur dans son lit. Elle se laissa aller dans sa chaise et croisa les jambes.

*Et si il veut un autre genre de service, ma fois ce ne sera pas trop une corvée...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 8 Nov - 9:06

La jeune fille revint vers moi et posa la bourse sur la table, elle n'avait pas fait de folie. Elle s'était habillé sobrement, je n'étais pas en manque d'argent elle je ne m'en réjouis pas plus que ça. Elle s'assit en face de moi, j'appelai une serveuse et passai commande pour nous deux. Ensuite je me tournai vers la jeune fille:

-Donc pour commencer, je suis Jilano Chariakin.

Je ne savais pas comment formuler mes phrases, j'avais la gorge sèche, la bouche pâteuse et l'envie de me trouver loin d'ici, mais je savais que cela vaudrait le coup.

-Pourquoi je t'ai sauvé, tu dois te dire que je vais te demander des choses inhumaines ou déplaisantes? Non. Je choisis de t'offrir la liberté. La liberté à pourtant un prix, tu devras me donner trois ans de ta vie. Trois où tu feras ce que je te demande, tu me devras une totale obéissance et ensuite tu seras libre de vivre ta vie comme tu l'entends, sans personne pour te commander. Et tu n'auras pas besoin de voler pour vivre, je te rassure.

La serveuse revint avec notre commande et je bus une longue gorgée du mon jus de baies glacées.

-Et enfin une dernière question et tu pourras me dire tout ce que tu veux, connais tu les marchombres?

Le sujet était enfin engagé, là il me fallait être convaincant...


[J'ai fait court car dans la situation actuelle on ne peut pas vraiment agir...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 8 Nov - 10:13


L'étranger commanda des boissons. Sentant soudain que ça allait prendre du temps, elle posa un pied sur la table, puis l'autre en croisa les bras. Il se présenta comme s'appelant Jilano Chariakin.

"J'ai pas de prénom. On m'appelle All-sankar ou juste Sankar."

Il parla ensuite longuement de lui offrir la liberté, parla de trois ans de sa vie et de liberté totale après. Fatiguée, Sankar ne saisit pas toutes les subtilités des paroles de Jilano. Le boissons arrivèrent. Elle vida sa coupe d'une traite et la garda en main pour se donner une contenance.

*Un jus de baie. J'aurais préféré quelque chose d'un peu plus alcoolisé...*

Elle haussa les épaules mentalement. Ce que lui disait l'homme l'intéressait mais elle gardait une grande méfiance enseignée par la rue. On ne comptait pas le nombre de filles enrôlées dans des réseaux de prostitutions car elle s'étaient fait embobiner.

"Marchombre...marchombre...C'est possible que j'ai déjà eu affaire à l'un d'eux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mer 9 Nov - 9:59

La jeune fille n'avait pas de prénom, étrange. Elle paraissait méfiante envers moi et déçue par le contenu de son verre. Elle avait dis qu'elle pensait avoir déjà rencontré des marchombres. Je la regardais comme si je regardai un joyaux inestimable, elle était indépendante, pas naïve, débrouillarde, elle avait connu les pires choses qu'une enfant peut vivre. Et musclée avec ça, elle serait dure à faire craquer:

-Tu penses avoir déjà eu affaire au marchombre? Je pense que tu t'en souviendrais, les gens qui ont la chance de nus rencontrer n'ont pas l'habitude de nous oublier. Les marchombres font partis d'une guilde un peu cachée, ils sont libres et personne n'entrave leur liberté. Les marchombres ont aussi avec le temps développés des capacités physiques et mentales hors du commun. Si tu acceptes de suivre la formation que je te propose tes sens seront décuplés, ta musculature bien plus développée que la plupart des hommes normaux, ta façon de pensée ne possédera qu'une entrave, ton imagination.

Tout en parlant je souriais, ma voix remplie de passion et une flamme dans mes yeux montrant le plaisir que me procurai de parler de ma vocation. Je pensais que Sankar serait convaincue, une proposition comme ça c'était unique, même rare, très peu de gens se voyaient offrir le droit de devenir marchombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Jeu 10 Nov - 7:19


Sankar fit jouer les muscles de ses jambes et étira ses bras au dessus de sa tête, tout en écoutant avec soin ce que lui disait Jilano. Elle mordilla la peau de son pouce gauche, en arracha un petit morceau et le mâchouilla: elle était affamée et se donnait ainsi l'impression de manger. Ce que lui disait l'homme l'intéressait, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir autre chose en tête.
Sankar balaya les environs du regard. Elle reconnu quelques têtes. Une jeune femme blonde était en train de glisser quelque chose dans la poche d'un homme.

*Tiens, voici Rose: vu la tête du type en face d'elle, elle a du lui en vendre, de l'opium!*

Elle reconnu encore: deux cambrioleurs, un voleur à la tire, une prêteuse sur gages et chef de bande. Jilano eut alors fini de parler. Sankar ôta ses pieds de la table, posa violemment son verre et appuya ses avants-bras au milieu du meuble, les yeux plissés. Son visage était tout prêt de celui du marchombre.

"Arête moi si je dit une connerie, Marchombre: si je te suis pendant trois ans, je serais libre et je n'aurais plus besoin de voler. C'est ça?"

Elle arracha d'un mouvement rapide la bourse d'un type qui passait un peu trop près. Il ne s'aperçut de rien et elle enfoui l'argent dans son décolleté.

"Si tel est le cas, considère que c'était mon dernier vol."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Ven 11 Nov - 8:57

La jeune fille m'écoutait et ne m'écoutait pas. Elle regardait les passants, devait en reconnaître quelques uns car elle les regardaient avec un peu plus d’insistance que les autres. Puis elle se retourna vers moi et me dis qu'en fait pour elle être marchombre serait juste la fin de la misère en échange de trois ans. Je répondis d'un signe de tête affirmatif. La jeune fille vit un passant richement vêtu et lui arracha sa bourse sans qu'il s'en aperçoive.
Un geste précis, discret et fluide. Elle sera une bonne apprentie qui ira loin sur la voie.
Je me levai et lui dis:

-Bon pour commencer je vais devoir te tester, mes tests seront sans doute difficiles mais sache que tu ne seras jamais mise en danger.

Je partis sans regarder si elle me suivait, car elle me suivait, sa respiration me l'indiquait, le bruit de ses pas et surtout du fait que mon apparition dans sa vie toute entière. Arrivée au bas d'un bâtiment de trois étages je me tournai vers elle et lui dis d'un ton calme et posé:

-Escalades cette tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Ven 11 Nov - 9:48


Jilano se leva et quitta la terrasse. Sankar se leva et le suivit, intriguée. Qu'allait-t-il lui demander en prenant un air si solennel. Elle s'attendait à quelque chose de très très dur, d'insurmontable, de surhumain: la peur saisit l'estomac de la jeune fille et le broya de toutes ses forces. Si il décidait de ne pas la garder à ses cotés, elle mourrait. Aussi, quand Jilano lui indiqua une tour de trois étages en lui ordonnant de grimper, elle ne pu s'empêcher de rire.

"Haha...hooo...Tu m'as fait peur dit! J'ai cru que tu allais me demander quelque chose de très dur!"

Sankar ôta sa veste et la noua autour de sa taille, puis sauta jusqu'à la fenêtre du rez-de-chaussé, grimpa sur la partie supérieur du châssis et prit son essor. Elle s'accrocha à la gouttière et se hissa à la force des bras sur le toit. La jeune fille se pencha vers le sol.

"Voilà. Je descend ou je doit faire quelque chose là-haut, Jilano?"

La jeune fille s'assit les pieds dans le vide, respirant le vent nocturne. Elle tendit les mains vers le ciel sombre. Peu être qu'un jour, elle toucherait les étoiles qui la narguait depuis tant d'années dans les cieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Ven 11 Nov - 10:21

Sankar escaladait le bâtiment avec aisance, elle montait le long de la gouttière. J'escaladai à ses côtés mais elle ne parut pas s'en apercevoir. Arrivée en haut elle se pencha et me demanda ce qu'elle devait faire. Ma voie retentit derrière son dos:

-Maintenant tu vas descendre puis remonter mais pas par la gouttière. La gouttière vois-tu est la voie de la facilité. La marchombre lui cherche le défi et la voie de l'Harmonie. Quand tu escaladeras ce bâtiments pour la seconde fois je veux que tu évites les fenêtres et ne passes pas par la gouttière, compris? Et encore une chose, on ne me tutoie pas.

Sankar redescendis, arrivée en bas je la regardai remonter. Monter par le chemin que je lui avait indiquer était beaucoup plus dur, elle devait passer par les minuscules fentes dans la pierre du bâtiment.
A un moment, à un mètre du somment, je la sentis rater sa prise et je plongeais sur elle et la rattrapai:

-On descendra plus tard, jeune apprentie. Maintenant on monte.

Quand nous arrivâmes en haut du bâtiment je me tournai vers elle:

-J'étais préparé au fait que tu ne réussisses pas, donc tu vas redescendre et me faire le plaisir de remonter. Et tout cela avec le sourire!

Ma voie n'avait pas changé, toujours aussi calme et posée qu'avant et empreinte d'affection pour la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Ven 11 Nov - 22:33


Sankar sursauta et manqua de tomber quand la voix de Jilano retenti derrière elle. Il lui ordonna de descendre puis de remonter, tout en évitant les prises faciles. Il ajouta qu'elle devait arrêter de le tutoyer. Elle s'assit sur sa fierté et obéit plus ou moins docilement.

"C'est vrai ça, pourquoi faire simple quand on peut se compliquer la vie à l'extrême. Et puis j'ai toujours tutoyé tout le monde. Mais comme...VOUS voudrEZ."

Sankar remonta, plus lentement, puisqu'elle ne pouvait pas se simplifier la vie en utilisant la gouttière. Elle avait la tête qui tournait et se sentait faible à cause de l'hypoglycémie: à cause d'un malheureux concours de circonstance, elle n'avait rien mangé depuis trois jours. Ses muscles lui faisaient mal. Mais malgré tout cela, elle était déterminée à ne pas se plaindre: une fois de plus, si Jilano changeait d'avis, elle risquait de mourir de faim et de froid.
Soudain, elle rata sa prise. Elle comprit immédiatement que les pavés l'attendaient dix mètres plus bas. Mais, au dernier moment, elle fut rattrapée. Sans faire attention à ce que lui disait Jilano, elle continua son ascension.
Enfin, elle arriva en haut de la tour. Le marchombre lui ordonna de descendre et de remonter. Elle eu très envie de se rouler en boule et de mourir.

"VOUS n'auriEZ pas pu plutôt choisir une tour plus haute, au lieu de me faire me faire monter et descendre?"

Sankar descendit vers le sol et remonta, en évitant gouttières et fenêtres. Elle fut alors à nouveau sur le toit.

"Alors, heureux?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Sam 12 Nov - 9:26

Sankar m'obéit sans me montrer son agacement. Elle me fit la remarque que j'aurais dû choisir une tour plus haute au lieu de la faire monter et descendre. Je ne répondit pas, quand elle remonta pour la dernière fois elle me dis:

"Alors, heureux?"

Avec un sourire ironique, je répondis d'une vois amusée:

-Je ne me plains pas. Mais j'ai réfléchi à ta remarque et tu as raison, mais je te rappelle que je suis l'enseignant et toi l'élève donc... comme tu l'as remarqué tout à l'heure, je vais choisir une tour plus haute, mais les tours plus hautes sont aussi plus lisses. Bonne chance!

Je me retournai et fis quelques bonds souples pour me retrouver sur la saillie d'une fenêtre qui se trouvait sur une tour de quarante mètre de haut. Mon élève me rejoint et je lui donnai trois bâtonnets de viandes séchés. Ce n'était pas très bon mais très nourrissant alors elle s'ne contenterait. Puis maître et élève, nous commençâmes notre ascension, tout les trois mètre environ je lui donnai de précieux conseils qui formaient les bases de l'escalade. Prenant conscience que mon élève était affaiblie par le fait qu'elle était en manque de nourriture et fatiguée je lui conseillai de prendre par les fenêtres. Arrivé en haut je lui dis:

-Tu es une élève très prometteuse, tu iras loin sur la voie. Bien, maintenant nous allons redescendre toujours aussi lentement que nous avons monté et nous allons nous reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Lun 14 Nov - 5:22

[Pourrait-tu évoquer rapidement les mercenaires du chaos dans ta réponse si ça ne te dérange pas? Juste dans une phrase.]

Cette fois-ci, l'ascension semblait avoir convenu à Jilano. Il semblait même avoir prit sa remarque en compte et la mena toits par toits jusqu'à une des tours immenses du centre de la ville et s'arrêta sur une saillie d'une fenêtre. Quand Sankar le rejoignit, il lui tendit des bandes de viande séchée. Elle se jeta dessus et en dévora une et demi en contemplant les rues de la ville qui grouillaient de monde. Elle garda pour plus tard ce qu'il lui restait de nourriture, réflexe qu'elle avait toujours eu. Elle craignait de plus d'être malade, car elle mangeait très peu de viande.
L'ascension reprit. Jilano lui donnait à intervalles réguliers des conseils qu'elle gravait dans sa mémoire, en se disant que ça lui serait utile toute sa vie de marchombre.
Enfin le sommet de la tour s'annonça. Depuis le toit, toute la ville scintillait dans son agitation nocturne. Sankar dévora encore un peu de viande séchée en prévision de la descente. Elle savait que ce repas était considéré comme rustique et peu savoureux par la plus part des gens, mais à cet instant, il lui semblait que c'était la meilleure nourriture du monde.
La jeune fille huma l'air nocturne, qui était si frais et si pur qu'il semblait pétillant. All-jeit vu de là-haut était si beau qu'elle avait du mal à croire que c'était dans cette ville qu'elle avait vécu tant d'années dans la misère.
Jilano lui annonça qu'ils allaient redescendre et se reposer.

"Je connais une ruelle très confortable..." annonça-t-elle sans réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Lun 14 Nov - 10:08

Nous couchâmes dans l'habitation que maître et élève se passaient de génération en génération. Il contenait deux chambres spacieuse, une salle de bain tout aussi spacieuse, un salon richement décoré et une cuisine remplie de mets délicats. Nous mangeâmes quelques peu et je conseillai à Sankar d'aller se coucher. La journée de demain serait longue, très longue...

Vers une heure du matin j'entrai dans la chambre de Sankar et lui secouai l'épaule gentiment:

-On est le matin, lèves toi, une longue journée t'attend.

Je sortis silencieusement et m'assis dans un fauteuil moelleux et quand Sankar sortit de sa chambre je lui envoyai de quoi manger et lui dit qu'elle mangerait sur le chemin.

Nous sortîmes donc par la fenêtre et fîmes le descente, je lui prodiguais de nombreux conseils essentiels sur comment descendre une surface aussi lisse que les bâtiments d'Al-Jeit. Un peu difficile pour un deuxième jours, non? Oui, je sais mais... Ellana avait était encore plus rude avec moi.

Arrivé en bas je lui dis que nous allions faire une fois le tour de la ville en trottinant, une bagatelle pour nous autres marchombres mais les gens normaux qui n'avait pas subi notre impitoyables entraînement draconien c'était une épreuve insurmontable. Pendant notre course, je lui donnai d'autres conseils sur comment respirer, comment moins se fatiguer, régler son allure ou autres... je devais lui montrer les bases, rapidement et douloureusement pour qu'elle s'en souvienne. Après une heure de course nous nous arrêtâmes pour boire un pu d'eau dans une taverne. Puis nous recommençâmes...

Vers onze heure et demi, en haut d'une tour, nous nous arrêtâmes, c'était la pause de midi. Nous mangions des bâtonnets de siffleurs séchés quand je lui dis:

-Les marchombres oeuvres pour l'harmonie, mais ils ont une force opposé, cette force est le Chaos, elle a elle aussi ses serviteurs, les mercenaires du Chaos. Il y a quelque années, leur rang se sont tout à coup ébranlé au cour d'une bataille. Ils en sont sortis affaiblis mais... ils ont survécu, ils reviendront un jour ou l'autre et une nouvelle bataille sera menée pour savoir qui sortira vainqueur de l'affrontement. Puis les perdants se reformeront pour une nouvelle bataille épique, dont nous ferons tous partis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mar 15 Nov - 9:56


Jilano mena son élève jusqu'à un bel appartement. Sankar s'endormit dans le lit, savourant quelques instants son confort mais toute habillée et ses chaussures au pieds, pour éviter qu'on ne lui les vole, ce qui était un peu absurde dans un logement fermé et habité par un marchombre, attitude qui lui paraissait cependant tout à fait logique. Jilano vit la réveiller au milieu de la nuit. Elle se leva, habituée à sortir du sommeil et à décamper si le besoin s'en faisait sentir. Une seule chose la surprit. Pourquoi diable lui avait-t-il dit que c'était le matin? Son maitre lui lança un paquet de nourriture et la fit descendre par la fenêtre en lui donnant une fois de plus quelques conseils précieux. Il la fit ensuite courir pendant plusieurs heures. Elle ne se fatigua qu'au bout d'une heure et demi, habituée une fois de plus à galoper comme une dératée à travers la ville pour échapper au gardes impériaux, au commerçants énervé et autres propriétaires rendu furieux par des retards de loyers.
Sankar eu droit à moult autres exercices dans le même genre, avant la pause midi, qui se passa en haut d'une grande tour. Une fois de plus, de succulents bâtons de viande de siffleur. Jilano évoqua une une force opposée au marchombres, les mercenaires du chaos. Un peu angoissé, elle tenta de se rassurer.

"Je ne devrais pas en rencontrer avant longtemps...enfin j'espère."

Elle avala sa salive et mâcha encore plus fort sa viande.

"C'est quoi la suite du programme?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Mer 16 Nov - 2:01

Sankar avait l'air un peu inquiète au fait de rencontrer les mercenaires du Chaos, je me mis à rire et lui répondis calmement:

-Non, tu n'en rencontreras sûrement pas avant longtemps. Ils sont rarement dans les villes mais le risque n'est pas nul.

Je me relevai et quand elle me demanda quel était la suite du programme je répondit par un sourire. Nous descendîmes la tour et traversâmes la ville en courant à une allure plus soutenue que ce matin. Après cette petite course nous nous arrêtâmes devant une impasse un peu sombre. Je lui dis:

-Maintenant tu vas traverser aller au bout de cette ruelle et revenir.

Cette ruelle, je ne l'avais pas choisis au hasard, je savais qu'un bande de malfrats y avait élu résidence pendant le jour et une grande partie de la nuit. Ils n'aimaient pas être dérangé, pour les quelques fois où j'étais passé là ils avaient tenté de m'attraper. Sans succès. Je montai sur un toit silencieusement et sans que mon élève s'en rende compte, j'observai assis en tailleur au bord d'un toit, invisible mais pourtant présent. Puis tout à coup, quelqu'un sortit de l'obscurité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Ven 18 Nov - 6:23

Sankar se demanda vaguement pourquoi les mercenaires du chaos n'allaient pas dans les villes, mais se mit rapidement à penser à autre chose. Après une brève course, il arrivèrent devant une impasse et Jilano lui demanda d'y faire un aller-retour. Pourquoi voulait-t-il qu'elle aille au fond de cette ruelle?
Elle s'attendait à un coup tordu, aussi, après avoir haussé les épaules d'un air indifférent, elle s'y aventura avec prudence. Quand l'apprentie marchombre reconnu l'endroit, il était trop tard pour faire demi-tour: c'était l'impasse de Grescin et de sa bande. Anciens petits voleurs des rues, ils étaient maintenant âgés d'une trentaine d'années et s'était reconvertit dans un genre de crime qui visait plus l'enrichissement que la survie. Sankar méprisait avec force ce genre de vol, qu'elle estimait aussi abject et avilissant que meurtrier, car la plus part des cambriolages finissaient dans un bain de sang.
La jeune fille écouta les bruits qui provenaient du fond de l'impasse. À l'oreille, ils avaient coincé une femme et lui faisaient passer un sale quart d'heure. Une boule de colère se forma dans son estomac.
Elle n'eut pas besoin d'intervenir, puisque on vint à sa rencontre.

"Halte! Qui va...Eh! On dirait que quelqu'un est venu se joindre à notre petite fête!"
"Salaud."
"Mais...que...

Sankar avait insulté l'homme sur un ton presque courtois, comme si elle lui avait fait remarqué une tache sur sa tunique. Elle reprit sur un ton parfaitement poli.


"Tu as parfaitement entendu. Salaud. SAL-AUD. Charogne. Fumier. Ordure. Connard..."

Sankar aurait continué sa liste d'insulte encore longtemps comme ça, si l'homme ne l'avait pas saisie pas le col de sa veste et soulevé du sol. La réaction de l'apprentie marchombre fut presque instinctive: elle rejeta la tête en arrière et donna un grand coup de front dans le visage de son agresseur. Il la lâcha brusquement et agrippa son nez cassé des deux mains. A ce stade là, Sankar aurait put filer, mais les cris étouffé de la pauvre fille acculée au fond de la rue la retinrent. Elle se précipita dans cette direction. Les hommes étaient encore trois au fond. Tous lui tournaient le dos. Elle en agrippa un par la nuque, le fit trébucher sur son pied et le jeta sans ménagement à terre, où sa tête heurta violemment le mur d'une maison. Les deux autres homme détournèrent leur attention de leur victime et se jetèrent sur elle. Sankar fit un signe du menton à la fille pour lui dire de filer, ce qu'elle s'empressa de faire. Son attention ayant été détournée un moment, elle ne vit pas arriver un violent uppercut, qu'elle prit de plein fouet dans l'estomac. Le souffle coupé, elle manqua de tomber. L'apprentie marchombre devina soudain pourquoi ils ne se servaient pas sur elle des poignards qui pendaient à leur ceinture: si elle ne réussissait pas au moins à s'enfuir, elle prendrait la place de celle qu'elle avait sauvé. Mais pour l'heure, elle était acculée.
Tentant le tout pour le tout, elle balança son tibia tout droit dans l'entrejambe de l'homme de gauche, qui tomba à genoux. Elle trouva cela soudainement trop facile. Elle avait bien raison. Le seul qui restait avait tiré son poignard.
Sankar évita de justesse un coup en pivotant le buste et frappa du poing dans les cotes de son adversaire. Un vilain craquement retentit. Elle termina le combat comme elle l'avait commencé, par un coup de tête.
Sans perdre de temps, elle s'écarta hors de leur portée et reprit son souffle, puis, sentant la présence de Jilano en haut d'un bâtiment, elle monta le rejoindre.

"Je suppose que c'était médité, ça."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jilano Chariakin
Modérateur stagiaire
avatar

Posts Rp : 94
Pièces : 110
Date d'inscription : 28/04/2011
Age : 19
Localisation : Sur la Voie

Parchemin
Âge du perso: 20 ans
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Lun 21 Nov - 9:18

Sankar insulta les malfrats qui sévissaient au bout de l'impasse, elle les mis ensuite hors d'état de nuire avec une efficacité plutôt appréciable. Mais je trouvais sa technique un peu barbare, elle monta me rejoindre et me demanda si tout ces évènements étaient prémédité, je répondis d'un hochement de tête affirmatif et me leva.
Je partis en direction d'une place, arrivé au bâtiment qui la surplombait, je descendit le plus discrètement possible la paroi de l'habitation. J'observai l'espace qui m'entourait, je me rendit compte qu'enseigner c'était pas facile, je devrai me surpasser pour que mon apprentie devienne une excellente marchombre. Je m'assis à une terrasse et observai mon apprentie:

-Tu es fatiguée? Répond franchement, cela me montrera ce que je dois t'enseigner pour l'instant.

Cette question allait me montrer en tout premier lieu les limites de mon apprentie. Mais cela ne changerait en aucun cas ma façon d'enseigner, juste percevoir ce que je devais apprendre à mon apprentie et si elle était prête à apprendre des choses plus complexes encore que ce que je lui avais demandé.

Je levai mon regard vers le ciel et vis le soleil au loin, effleurant l'horizon de ses rayons qui commençaient à se teinter d'orange et de rouge. Je me levai et partis vers une auberge, arrivé à destination j'entrai accompagné de mon apprentie et nous commandâmes à manger:

-Ne mange pas de choses trop conséquentes, sinon tu ne pourras pas suivre la cadence!

Je prévoyais un programme assez... épuisant! Sankar ne suivrait sûrement pas toute la nuit mais je devais l'habituer aux horaires impossibles et autre habitudes marchombres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sankar

avatar

Posts Rp : 54
Pièces : 41
Date d'inscription : 26/10/2011

Parchemin
Âge du perso: 15 ans, en fait 10 de plus...
Groupe: Marchombre
Achats:

MessageSujet: Re: Le cambriolage   Dim 4 Déc - 4:06


Sankar ne s'attendait guère à une réponse plus longue de la part de son maitre. La respiration sifflante suite au coup qu'elle avait pris dans l'estomac, elle lui emboita le pas.

"On va dire que j'ai été en meilleure forme mais que ça pourrait être pire."

L'apprentie marchombre constata que le soleil était déjà en train de se coucher derrière les tours de verre de la ville, se prenant dans les passerelles toiles d'araignées et les toits au sommet effilés. Son coeur se serra devant la beauté du spectacle. L'air devenait frais et léger, caractéristique de la nuit. Jilano la conduisitjusqu'à une auberge et lui recommanda de ne pas trop manger. Devinant que son maitre ne serait pas ravie de la voir boire, elle opta pour un jus de baie et un petit pâté de légumes. Quand les plats arrivèrent, elle se jeta dessus, comme elle se jetait toujours sur la nourriture. Dans la rue, on se fait vite voler la miche de pain volée, donc on apprend à manger très très vite.

"Suite du programme?"

[Désolée ça fait super longtemps, j'ai eu un problème d'ordi]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cambriolage   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cambriolage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cambriolage en elwynn
» Cambriolage chez les bourgeois [mission rang B]
» Leçon de cambriolage [RP UNIQUE]
» Vol pour cause de portes non fermées
» Enfermé dans un cercueil par des voleurs...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gwendalivia :: ~A l'assaut de Gwendalivia~ :: Les Villes :: Al-Jeit-
Sauter vers: